Catherine : Full Body, charpenté et tout en jambes

 239 

Il est de ces jeux qui s’améliorent avec le temps, comme un bon vin. C’est le cas de Catherine, qui, après un passage sur la PS3, est revenu bonifié sur la PS4 et maintenant sur la Switch. Si le doute est permis quant aux capacités de l’hybride de Nintendo, le jeu reste sublime avec ses quelques défauts. Mais avant de commencer, une piqûre de rappel s’impose.

Une question de choix : QKC

Vincent, le protagoniste, se voit contraint chaque nuit d’escalader une montagne de blocs pour échapper à la mort. Et lorsqu’il est éveillé, il doit alors composer entre Katherine, sa fiancée depuis 5 ans, et ses amis qu’il retrouve chaque soir au Stray Sheep, un bar où les habitués se croisent et prennent le temps de discuter. C’est là que Vincent va rencontrer Catherine, une délicieuse jeune femme. Mais Il y a aussi Qatherine, ou Rin, comme ce personnage aime se faire appeler. Vincent devra alors choisir entre les trois intrigantes.

Une pinte de nouveautés

Catherine : Full Body reste toujours aussi efficace dans son gameplay que le premier sur PS3. Vincent doit se soûler chaque soir avant de plonger dans le cauchemar afin d’agir plus rapidement dans ce dernier. Les anecdotes sur la boisson consommée sont toujours de mises quand vous finissez un verre. Cependant, il ne faut pas oublier les ajouts : Rin rajoute un scénario comprenant plusieurs fins ainsi qu’un mode remix qui change la donne puis ce sont des groupes de blocs qu’il faut déplacer afin de monter les étages. Le jeu Rapunzel, se trouvant au bar, est aussi enrichi avec ce nouveau mode. Les lunettes permettant de voir tout le monde en sous-vêtements sont également de la partie. Tout les dlc de la version PS4 sont d’office dans cette version rajoutant 2 voix supplémentaires pour Catherine. Un bien joli cadeau…

Rin, complétement amnésique
Une belle bouteille

Catherine, avec son esthétique d’animé, aurait pu souffrir du manque de la puissance de la console de BigN, mais il n’en est rien. Certes, les personnages sont parfois un peu anguleux et le flou sur les bords des étages se remarquent, mais pas assez pour être gênant. De plus, la réalisation des animés ponctuant le jeu est remarquable. Le jeu, sous-titré en français, propose à l’audio soit le japonais soit l’anglais, ainsi personne ne se sent mis de côté. L’humour, parfois grivois, des différents PNJ fait mouche à tous les coups. Aucune lassitude ne s’installe lors de leur conversation, la curiosité pousse à mieux les connaître.

Un autre verre !

Bien que le jeu soit un remastered amélioré, il n’en reste pas moins un problème : la caméra. Si celle-ci suit Vincent correctement la plupart du temps, il lui arrive de ne pas savoir où se placer, en général à cause de la position de notre grimpeur. Cela entraîne souvent, si ce n’est à chaque fois, la perte du step combo, un compteur indiquant combien de marches ont été gravies et servant à déterminer le score à la fin de chaque étage. Heureusement, il est possible de revenir un peu en arrière et donc de recommencer l’action avec le temps qui était alloué pour passer à la marche suivante.

Il va falloir grimper vite et bien
Une jolie robe

Catherine est devenu un incontournable des puzzle-games avec son ambiance feutré et intimiste, un must dans sa bibliothèque. Tout séduit, la musique, les décors, le scénario, la tension apportée par nos choix. Même si des défauts subsistent, la qualité du jeu est exceptionnelle, sans compter sa re-jouabilité. Il possède aussi 3 modes multijoueurs permettant de coopérer ou de s’affronter en ligne ou en local. Les boss de chaque nuit restent mémorables de par leur design, mais aussi par l’angoisse qu’ils génèrent. Le bébé diabolique vous poursuivant en criant, « Daddy, why don’t you want to play with me ? » (Papa, pourquoi ne veux-tu pas jouer avec moi) ou la mariée à la tronçonneuse essayant de vous débiter en petit morceaux collent des sueurs froides avec leur pouvoir spécifique. Ainsi,des éclairs pouvant tuer instantanément apparaitront régulièrement ou encore des scies,tombant du haut de l’écran, essaieront de découper Vincent.

Un équilibre parfait

Le jeu a donc été traité avec soin par les équipes d’Atlus et de Sega pour ce Full Body, apportant de nouveaux arômes sans aucune amertume. Le jeu possède toutes les qualités pour marquer les mémoires, que ce soit par l’histoire assez complexe, mais aussi par le nombre de femmes vêtues de manière très sexy. L’aspect technique, bien qu’assez ancien, reste des meilleurs pour cette console. Je lui donne donc un 18/20.

Add Comment